Nordbretagne.fr
- Le Nord Bretagne -
NordBretagne.fr

Les pôles d'échanges multimodaux bretons se développent à grande vitesse



10 pôles d'échanges multimodaux devraient voir le jour en Bretagne, pour une mise en service à l'horizon 2017 © BD
10 pôles d'échanges multimodaux devraient voir le jour en Bretagne, pour une mise en service à l'horizon 2017 © BD
Le projet Bretagne à grande vitesse, prévu pour 2017, doit permettre de mettre les villes de Brest et Quimper à 3 heures de Paris, et Rennes à 1h26 de la capitale. Dans ce cadre, des travaux d'aménagements des voies ferroviaires et des gares sont prévus, de même qu'un développement de l'offre de transports en commun.
Des « pôles d'échanges multimodaux » (Pem) devront être créés, dans dix gares « nationales » bretonnes. Le point sur ces pôles, alors que le dernier en date, le PEM de Morlaix, a été signé en décembre, et que celui de Quimper doit l'être en ce début d'année 2013.


Dix gares bretonnes sont actuellement concernées par les pôles d'échanges multi-modaux (ou Pem) : Rennes, Redon, Vannes, Auray, Lorient, Quimper, Saint-Brieuc, Morlaix, Guingamp et Brest. « Sur ces 10 projets, plusieurs sont bien avancés », précise Anne Derrien-Melechi, de la direction des transports du Conseil Régional de Bretagne, qui finance en partie les travaux, associés aux Conseils Généraux, collectivités locales, l'Etat ou encore Réseaux Ferrés de France.
L'objectif est que ces pôles d'échanges multimodaux soient mis en service pour 2017, date de l'arrivée de la nouvelle ligne à grande vitesse, qui va mettre Quimper et Brest à 3 heures de Paris, et Rennes à 1h26 de la capitale. 
A l'heure actuelle, les contrats pour les Pem de Guingamp, Morlaix, Rennes, Redon et Sait-Brieuc ont été signé. « Ces Pem ont pour objectif de faciliter les échanges entre les différents modes de transports en commun, de développer l'intermodalité. D'autant plus qu'avec la mise en place de la nouvelle ligne à grande vitesse entre Le Mans et Rennes, la Bretagne sera plus rapidement desservie, et, de ce fait, le nombre de voyageurs devrait augmenter », explique Anne Derrien-Melechi. Ce sont ainsi près de 20 millions de voyageurs par an qui sont attendus en gare de Rennes à l'horizon 2020, contre 9 millions aujourd'hui.

Un ensemble gare-quartier d'affaires à Rennes
 
Pour l'heure, si le premier Pem signé a été celui de Saint-Brieuc en octobre 2011, c'est le Pem de Guingamp qui est le plus avancé. Celui de la gare de Rennes s'intégra à un projet de renouvellement urbain, baptisé EuroRennes, qui verra, outre la transformation de la gare, la mise en place d'un nouveau quartier qui accueillera des entreprises et des bureaux.
Les travaux débuteront en 2014, pour s'achever en 2020. Pour un coût total de 107 millions d'euros, financés par la ville, Rennes Métropole, le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, le Conseil Régional de Bretagne, la SNCF, l'Etat, et RFF. La gare de Rennes devrait ainsi devenir le plus gros nœud d'échanges de toute la Région, et l'offre de transport en commun devrait être renforcée. A venir prochainement : la signature des Pem de Quimper, suivi de ceux d'Auray, Vannes, Lorient et Brest. « L'idée est vraiment d'être au rendez-vous lors de la mise en place de la ligne à grande vitesse », conclut Anne Derrien-Melecki.
 
Quelques chiffres
 
Voici les montants des projets de pôles pour lesquels un contrat a été signé :
- Saint-Brieuc : 24,5 Millions
- Guingamp : 16,8 Millions
- Rennes : 107 Millions
- Redon : 20,7 Millions
- Morlaix : 13 Millions.
 
La ligne à grande vitesse sur les rails
 
Dans le cadre du Grenelle Environnement, la France s'est engagée dans un programme de 2 000 km de lignes ferroviaires nouvelles à grande vitesse à lancer d’ici 2020. Parmi elles, la ligne à grande vitesse Bretagne-Pays de Loire. Il s'agit du prolongement, vers Rennes et Nantes, de l'actuelle ligne à grande vitesse qui relie Paris à Le Mans. Cette nouvelle ligne permettra de gagner 37 minutes vers la Bretagne, et 8 minutes vers Nantes. Le coût du projet est évalué à plus de 3,4 milliards d'euros, avec un partenariat financier entre l'Etat, Réseau Ferré de France, et les collectivités.
La Région et les collectivités bretonnes (4 départements et agglomérations de Rennes et Saint-Malo) financeront ensemble 1,1 milliards d'euros, la Région prenant en charge 58% de ce montant. 
La modernisation des voies Rennes-Brest et Rennes-Quimper est également à l'ordre du jour.


Un article réalisé par Anne Guédo pour notre partenaire Bretagne Durable, www.bretagne-durable.info

Mercredi 9 Janvier 2013




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :




1 2 3 4 5 » ... 16

Recherche









Meteo B